Lettre à un.e athée

10 Mai

Je ne suis pas meilleure que toi.

Si on avait chacun une balance avec d’un côté le bien et de l’autre le mal dont nous sommes responsable, beaucoup d’entre toi s’en sortiraient bien mieux que moi. J’en connais un certain nombre dans le monde médical, par exemple.

Je suis juste… plus chanceuse.

En effet, j’ai l’immense chance de connaître un peu mieux chaque jour la Miséricorde de Dieu, Son amour immense pour moi, Sa volonté de vivre avec moi pour l’éternité. Je fais le mal, je tombe et je retombe, tout comme toi et sans doute pire que toi ; MAIS je crois à Son pardon qui me relève, à Son amour qui m’aime telle que je suis. Ca change tout, comme tu peux l’imaginer. :) 

 ***

J’ai parlé souvent avec toi, et je sais que souvent à ce moment-là tu veux répondre avec deux grands yeux compatissants, you know nothin’ Jon Snow. (Le nouvel épisode c’est demaiiiiiiiiiiin !)

La voie de la sagesse moi j'dis.

La voie de la sagesse moi j’dis.

 Bref. Souvent, tu dis que j’invente cet Amour, cette Miséricorde, que je comble le manque du père, que la vie est plus facile avec un Dieu Tout-Amour, que toi tu es plus fort et que tu affrontes la vie en vérité, sans te cacher derrière un bisounours, fut-il tout puissant.

 ***

Je ne suis pas une intellectuelle et les concepts abstraits me font un peu peur, alors je réfléchis plus avec mes tripes qu’avec mon cerveau, en plus c’est vrai il y a des neurones dans le tube digestif. Peut-être que tu as raison, peut-être que Dieu n’existe pas, peut-être que la psychanalyse suffit pour tout expliquer. Je ne peux pas éliminer cette hypothèse, après tout… N’empêche que mes tripes et moi on a de gros doutes là-dessus.

Tu vois, je pensais à tout ça en allant à la messe ce soir. Je n’avais aucune envie d’y aller, aucune envie de devoir assumer ma misère, j’en ai marre de Sa miséricorde, j’en ai marre de lâcher prise, j’en ai marre de Le laisser m’aimer quand zut quoi je ne suis pas aimable, j’en ai marre de ne pas me laisser désespérer tranquillement, j‘en ai marre de devoir ouvrir la porte de mon cœur à un amour immense que je ne mérite pas du tout, j’en ai marre d’accepter d’être si petite, j’en ai marre d’accepter d’être une merveille.

Non ce n’est pas contradictoire, c’est juste complexe.

Bref, mes tripes votaient pour un retour illico presto sur mon canapé, et c’est justement ce qui me fait douter de ton histoire de psychanalyse. Tu vois… croire en Dieu, ce n’est pas confortable, en tout cas pas pour moi. Je me retrouve trop souvent en rébellion contre Dieu pour croire que c’est moi qui L‘invente, ou alors je suis SM mais je crois pas non plus. Je refuse trop souvent l’infini de Son pardon pour que cette idée complètement absurde vienne de moi.

Ce n’est pas confortable du tout d’être aimée telle que je suis et non telle que je voudrais être, d’accueillir Son pardon à chaque chute, de lâcher prise sur ma misère pour saisir la corde du Salut, bref d’espérer en Sa miséricorde (j’ai toujours adoré ce jeu de mot, je suis contente d’avoir pu le caser celui-là, #PetitBonheurDuJour).

 ***

Croire que Dieu m’aime inconditionnellement, ça veut dire que je dois accueillir Son amour dans tout ce que je suis, même et surtout dans mes facettes les plus détestables.

Croire en cet Amour, c’est être appelée à aimer comme Lui. M’aimer moi, t’aimer toi, L’aimer Lui. C’est l’Evangile du jour : « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » ; venant d’un type qui s’est laissé crucifier par amour, ça te pose une certaine exigence hein quand même.

Croire en Dieu, je te promets que ce n’est pas simple. C’est génial et formidable et le meilleur truc de toute ma vie, mais ce n’est pas simple. Je suis arrivée à l’église avec l’impression d’avoir affronté un puissant vent de face, et d’avoir perdu 10 kilos (juste une impression, hmmmpf).

 ***

Je sais bien que ce brillant argumentaire made in Mes tripes® ne va pas te rendre croyant, d’ailleurs ce n’était pas le but. De toute façon, croire c’est avant tout rencontrer Dieu, d’une façon ou d’une autre. Mais voilà, ça me semblait être important pour l’idée que tu peux éventuellement te faire de Lui.

***

Dieu n’est pas un bisounours, Dieu est Amour.

C’est bien plus rude, et c’est bien plus mieux !

10 Réponses to “Lettre à un.e athée”

  1. mahina 11 mai 2015 à 7 h 13 min #

    Merci pour cette lettre qui s’adresse…. à tous!!

  2. Anne Claude 11 mai 2015 à 19 h 52 min #

    Bonjour Dopamine,

    Ce texte m’amène à déposer ici un témoignage et une question.

    Le témoignage en écho à ta phrase du début « Je suis juste….plus chanceuse. »
    Je sortais de la messe d’enterrement d’un frère de Maman il y a bientôt 23 ans et j’étais avec Papa. Jacques, un ami d’enfance de mon oncle, que nous connaissions très bien, s’approche de nous et nous dit « Vous avez de la chance de croire en Dieu ». Il n’était pas athée, mais agnostique, il cherchait, et notre foi lui faisait envie, mais il ne voulait pas faire semblant. Il a continué à chercher, jusqu’à la fin de sa vie, en toute honnêteté.

    La question : « Je suis arrivée à l’église avec l’impression d’avoir affronté un puissant vent de face, et d’avoir perdu 10 kilos (juste une impression, hmmmpf). ». je ne vais pas te demander combien de kilos tu as réellement perdu, mais comment t’es tu sentie à la sortie de la messe. Étais-tu comme les disciples d’Emmaüs après avoir rencontré Jésus?

    • Dopamine 11 mai 2015 à 21 h 58 min #

      Merci pour le commentaire🙂
      Je n’ai perdu AUCUN kilo, c’est bien le problème😀 À la fin de la messe… Le coeur léger d’avoir cédé à l’Amour de Dieu ! :’)

  3. Chagarou 12 mai 2015 à 10 h 13 min #

    « Aimer vous les uns les autres comme je vous ai aimé »
    Il ne s’agit pas là d’être SM lol mais juste d’un don de soit en aidant les autres d’un quelconque moyen en fonction de nos moyens.

    J’aime bien le titre  » Lettres à un(e) athé(e).
    Un petit plaidoyer. Aucune prétention aussi.
    Peut-être que tu es plus chanceuse, ou peut-être est-ce là la patte de Dieu.
    Moi je dirais juste que je suis revenu des abysses. J’ai été clochard, plusieurs fois, j’ai vaincu la maladie et tout ce qui a de corrompu en ce pays et dans sa justice, je n’ai plus aucune foi en cette république pourrie et cette société véreuse ….
    Mais je suis un survivant et oui, si Dieu ne m’avais pas aimé , je serais mort plusieurs fois.
    Quand on a tout perdu et qu’on ne posséde rien, quand on a plus aucune prise, Il est là notre Salut.
    Quand on p^rit, on demande à ce que Son Esprit vienne. Encore faudrait-il être capable de le comprendre et de l’entendre. C’est ce qu’il faut demander.
    L’Appel, on ne sait jamais quand et on ne s’y attend pas.

    C’est pour ça que je fais mon cheminement vers l’eucharistie, je suis cathécumène.
    Dopa, si tu veux m’accompagner j’en serais ravi ! ^^
    😉

    • Chagarou 12 mai 2015 à 10 h 32 min #

      Voilà.

      Avez-vous entendu saint Paul ? Ce que nous proclamons est « folie pour les nations païennes ». Et particulièrement pour les sages et les savants de tout poil.

      Vous, les enfants, quand vous dites que vous allez à la messe, ou au catéchisme, ou aux scouts, vous n’avez jamais eu le sentiment qu’on vous prenait pour des idiots ? Si ? Eh bien ! C’est normal.

      Vous, les adultes, vous n’avez jamais senti un regard de pitié quand vous avez avoué que vous faites le catéchisme ou que vous êtes professeur dans une école catholique ? Si ? C’est normal !

      Le message chrétien est en effet un message un peu fou. Un homme qui dit qu’il est Dieu, qui meurt et qui ressuscite, n’est-ce pas, c’est un peu fou. L’amour, la douceur, la paix, qui sont vainqueurs de la violence et de la guerre, c’est un peu fou. L’hostie qui va devenir, tout à l’heure, le corps du Christ, ce n’est vraiment pas raisonnable.

      Puisque vous allez vous engager ou que vous êtes déjà catholiques, ,autant que vous soyez bien prévenus : la décision que vous prenez est une décision folle. La décision raisonnable, ce serait d’enseigner une morale bien consensuelle, dont tout le monde est déjà convaincu d’avance. Mais vous, vous allez annoncer le Christ ressuscité. Vous allez annoncer à ces enfants, là, devant moi, que l’amour passe avant toute autre valeur ; que Dieu les connaît et les aime chacun parce que c’est lui qui les a faits ; qu’avec Dieu ce qui est impossible devient possible, qu’avec Dieu notre vie est faite d’espoir et de joie, et l’espoir et la joie, dans le monde dans lequel nous vivons, c’est vraiment de la folie !

      Alors oui, nul doute là-dessus, aux yeux du monde, nous, les chrétiens, passons pour des fous. C’est même un signe rassurant : si, au contraire, nous passions pour des gens sages et raisonnables, cela voudrait dire que nous aurions perdu ce qui fait notre sel, que nous aurions aplati notre message, que nous aurions trahi la radicalité, l’exigence, la nouveauté de l’Évangile.

      Nous proclamons notre foi. Les enfants, les jeunes, les adultes, nous allons redire notre Credo. Notre Credo rempli de folies qui heurtent la raison et font rire les sages. La Vierge enceinte et Jésus qui revient à la vie, la prière qui porte des fruits et l’amour qui triomphe du mal, tout cela nous allons le proclamer.

      Les enfants, est-ce que vous avez envie d’être un peu fous ? Les grands, est-ce que vous êtes prêts, est-ce que vous avez le courage de prendre sur vous l’éternelle nouveauté de l’Évangile et de ne plus jamais être considérés comme normaux par ce monde ? En tout cas, je vous le souhaite. Parce que ce monde raisonneur est une prison et que la folie de la foi est la seule véritable liberté. Amen.

  4. Sorraine 12 mai 2015 à 21 h 17 min #

    Je suis une non croyante non convaincue. Cette lettre me touche donc particulièrement, parce que ce sont des choses que j’aurais aimé éprouver, juste comme çà, je crois.

    Mais, par bonheur, ça m’a aussi fait penser à l’amour tout court. L’amour qu’on donne, celui qu’on reçoit, parfois, indéfectible. Il peut faire éprouver la même impression de n’être pas assez, mais d’être quand même l’être aimé, l’être remarquable . Et il peut de même pousser au dépassement.

    Ce que j’en retiens, même si çà a l’air un peu mièvre, c’est que l’amour qu’on ne négocie pas, qu’il soit amical, filial, amoureux ou divin, rend meilleur. Question de regard que l’on pose sur les autres, ou qu’eux posent sur nous.

    Merci de m’y avoir fait penser.

  5. petrovskybl 22 mai 2015 à 23 h 18 min #

    Hop hop hop… mais c’est de l’évangélisation tout ça, et de l’invitation au sectarisme non ?
    Laissez les athées peinards, on ne vous a rien fait, et votre pape nous insulte assez comme ça ces derniers temps. On veut juste pouvoir vivre tranquille, protégés par la loi de 1905 et la laïcité de notre république.
    Merci.

    • Dopamine 22 décembre 2015 à 13 h 03 min #

      La loi de 1905 n’interdit pas les croyants de s’exprimer, elle permet à chacun d’être libre de ses croyances. De même, internet ne vous oblige pas à me lire, et me lire ne vous oblige pas à partager mes idées. Joyeux Noël à vous🙂

      • petrovskybl 25 décembre 2015 à 9 h 45 min #

        joyeuses fêtes des saturnales à vous également

Faites comme chez vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :