Pâques woman

24 Avr

Nous sommes tous des êtres blessés. Manque d’amour, trahison, peurs, insécurité, maladie, abandon, solitude… je ne connais personne dans mon entourage qui ne soit arrivé à l’âge adulte sans casserole psychologique.

Pour ma part, je n’ai jamais connu mes parents vraiment heureux ensemble, de ma petite enfance jusqu’à leur divorce. Ils ont fait de leur mieux pour nous épargner, je crois… mais il y a des mots que je n’aurais pas dû entendre, il y a des scènes que je n’aurais pas dû voir. C’est mon passé.

 

A 15 ans, je m’enfilais les Vodkas-pommes en soirée, regardant cyniquement des jeunes fils-à-papa danser le rock avec application, bien sagement comme on leur avait appris.

A 18ans, concours en poche, je sortais tous les soirs pour l’happy hour des bars du coin ; je rentrais ivre plusieurs fois par semaine, me fiant à la lumière des lampadaires pour marcher droit. Les soirées se finissaient par des joints de cannabis et autres fausses-joyeusetés. Il ne m’est jamais rien arrivé, j’ai un ange-gardien du tonnerre (d’ailleurs je dédie ce post à mon ange-gardien❤ ).

A 19 ans, j’ai frôlé la boulimie. Je tenais un cahier de calories, ne mangeant que des poivrons à la vapeur pendant 4 jours pour finalement craquer et acheter brioche et cacahuète dont je me gavais. Pour compenser, je me faisais ensuite vomir avec une vieille brosse à dent, et j’avais même acheté des laxatifs pour, euh, you know. Encore une fois,❤ mon ange-gardien.

 

***

Pourquoi je vous raconte tout cela ?

Parce que… dimanche dernier, nous avons fêté Pâques. #RapportChoucroute

 

Rappel des faits :

1/ Le vendredi, Jésus est condamné à mort à la suite d’un procès que nous qualifierons pudiquement de vaste fumisterie. Il est flagellé, couronné d’épines, chargé de la croix ; Il tombe, trois fois. Il est ensuite cloué sur Sa croix, et meurt. Le rideau du temple se déchire, le ciel s’obscurcit, et les conversions commencent : un centurion romain, en ce pauvre dont il a joué les vêtements, en ce cadavre dont un de ses soldat va percer le côté, reconnait le Fils de Dieu. Mystère de la Foi…

Absence de pouls.
Rigidité cadavérique.
Ablation du pacemaker.
Mise au tombeau.
Mort.

2/ Le samedi, jour de Shabbat, jour de repos, jour de silence.

3/ Le dimanche, les femmes prennent huiles et parfums pour embaumer ce corps voué aux vers de terre. Elles se demandent sur la route comment rouler la pierre sans homme fort à leur côté (les ravages du patriarcat toussa).
Mais TADAAAAAM, la pierre est déjà roulée, le tombeau est vide, VIDE ! Et Dieu est ressuscité, Il apparaît, Il montre ses plaies à St Thomas, il mange du poisson, c’est pour dire.
Joie de Pâques !

 

***

Certes.
Ça fait une belle histoire pour endormir les enfants (tant qu’on ne s’appesantit pas trop sur les épines dans le crâne et les clous dans les tendons, certes). #BonneNuitLesPetits

 

Mais ça ne suffit pas pour expliquer 2000 ans de christianisme, des centaines de communautés religieuses, des milliers de martyrs, des millions de saints, des milliards de prières. Ça n’explique pas la transmission de la Foi à travers les âges.

 

Je veux dire… Je ne suis pas catholique parce que j’ai lu quelque part que le cadavre d’un chouette type de l’an zéro était revenu à la vie. Je suis catholique parce que – restez calmes ça va bien se passer – ce chouette type, je Le connais aujourd’hui.
En fait, c’est super logique : si je crois qu’il est ressuscité, ça veut bien dire qu’Il est encore vivant aujourd’hui. Si je L’ai rencontré aujourd’hui, ça veut bien dire qu’Il est vraiment ressuscité deux millénaires plus tôt.

Le deuxième effet Kisscool de Pâques, c’est les chocolats la présence de Jésus VIVANT aujourd’hui dans ma vie. Et ça change tout ! Ça explique mes prières, mes sourires, mes communions, mes confessions, mon espérance et ma joie !

 

***

 

Jamais deux sans trois, et ce n’est pas Dieu qui vous dira le contraire. Colossiens 2, 12 : « vous êtes aussi ressuscités en Lui et avec Lui, par la foi en la puissance de Dieu ».

Passé composé.

Je suis AUSSI ressuscitée.
Tu es AUSSI ressuscité(e).
Il/Elle est AUSSI ressuscité(e).

#ToiAussiRéviseTaConjugaison

 

Voilà pourquoi je vous racontais un peu mes blessures : c’est mon témoignage de  Pâques-woman (oui oui j’assume).

J’étais haineuse, et Dieu me donne de pardonner. 
J’étais autodestructrice, et Dieu me donne de m’aimer.
J’étais narcissique, et Dieu me donne de me tourner vers les autres.
J’étais morte, et Dieu me ressuscite.

Dès aujourd’hui.

Petit à petit.
Il Lui a bien fallu trois jours, à Lui.

 

JOIE DE PÂQUES, ALLÉLUIA !

Si vous regardez bien, on me voit sur cette photo.

Si vous regardez bien, on me voit sur cette photo. Avec toi  ?


12 Réponses to “Pâques woman”

  1. Marine 24 avril 2014 à 19 h 00 min #

    Merci !!! comme quoi, rien n’est perdu … ça redonne de l’espoir !

  2. canetti 24 avril 2014 à 20 h 25 min #

    j’aime vous lire …. un diacre aumônier d’hosto j’aime la fraicheur de votre relecture de ce que vous vivez merci !

  3. numero712 24 avril 2014 à 23 h 34 min #

    Oh !
    Que ce témoignage est vivant, incarné, rempli d’espérance.
    Merci de nous faire partager cette lumière ! C’est merveilleux.

    Il est ressuscité, oui il est vraiment ressuscité ! Alléluia ! Alléluia !

  4. Claire 25 avril 2014 à 8 h 21 min #

    Waoh!! Même expérience sauf que les blessures ne sont pas les mêmes…nous gardons des fragilités de ces blessures, parfois elles sont encore douloureuses quand un événement appuie dessus, mais les traitements s’appellent sacrement de « guérison-réconciliation », Eucharistie, Parole de Dieu…Le Christ est vraiment vivant, il continue à nous guérir comme il l’a fait sur les chemins de galilée…joie sur la terre! Alléluia!

    • Dopamine 25 avril 2014 à 18 h 59 min #

      🙂
      J’ai deux métaphores qui m’aident un peu pour ça:
      -une, très connue: la fêlure qui laisse passer la lumière. C’est par nos blessures apaisées que la beauté de l’homme et de Dieu se laissent voir.

      -l’autre, qui vient de moi et de ma haute culture littéraire. Mes blessures, c’est comme le fossé qui sépare le village dans un des albums d’Asterix. Cause de discorde, de lutte, de séparation.
      Jusqu’au jour où le village le transforme en rivière, et là tout le monde est content, c’est la réconciliation. Ça m’aide à penser que mes blessures sont des fossés, qui si je laisse l’Eau y couler peuvent devenir à leur tout source d’eau vive🙂

  5. lisztfr 25 avril 2014 à 19 h 02 min #

    My better half, ma meilleure amie est croyante, moi pas….ça ne change rien de toutes façons.

    • Dopamine 25 avril 2014 à 19 h 18 min #

      Ça a tout changé pour moi… Ou, comme dit une réplique d’une vidéo catho, « ça n’a pas changé ma vie, mais ma vie a changé:😀

  6. Connectée 26 avril 2014 à 12 h 26 min #

    Je ne te vois pas sur la photo :-(((((

  7. Isabelle 28 avril 2014 à 9 h 39 min #

    Vous êtes vraiment extraordinaire ! Un vrai témoin du Christ qui, à Pâques, vient une fois de plus dire avec des mots simples, des mots qui parlent à nos jeunes, comme l’Amour de Dieu est grand, et qu’Il nous attend tous pour nous le montrer. Merci pour chacun de vos mots, et pour votre témoignage de cet amour. Continuez, bonne route !

    ps : Belle icône de la descente de Jésus aux enfers pour aller chercher les morts et les ramener à Lui. Je l’ai découverte la nuit de Pâques, elle m’a particulièrement touchée.

  8. isapdlg 3 mai 2014 à 23 h 45 min #

    Et, donc, alléluia !😀

Faites comme chez vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :