Béni sois-tu carillonneur, qui m’accroches à ta cloche !

24 Jan

Dimanche dernier, d’une manière totalement non maitrisée, j’ai rencontré quelqu’un d’un peu fou.
Un chrétien indigné. (Déjà.)
Ecolo. (Pire.)
Amoureux des cloches. (Des cloches des églises, hein, pas des blondes, ou alors seulement des bières…mouhaha.) Le genre de rencontre que l’on ne fait que le dimanche, et encore, après la messe.

Il m’a parlé de sa passion ; des 8 tonnes de Marie, des 3 siècles d’existence d’Emmanuel  (je crois) ; du symbolisme du mi mineur  (je crois) ; de la manière de fondre les cloches en terre sacrée et de leur caractère sacramental; des travaux de rénovation des cloches de je-ne-sais-plus-où qui vont coûter un paquet. Et je crois bien qu’il aurait pu continuer longtemps si mon sens critique ne s’était pas mis en éveil : indigné, décroissant ET ok pour payer une fortune en cloches?

Il me semble qu’il y a plus pertinent à faire aujourd’hui, non ? Des gens meurent dans la rue, des vieux finissent seuls chez eux, des femmes sont battues, des enfants souffrent, des prostituées sont exploitées, des handicapés ne sortent jamais de chez eux, des malades ne sont pas soignés, il y a encore des lépreux, et bordel, même les chiens des clodos crèvent la dalle ! (Je sais, j’ai 21 ans, l’âge des ardentes révoltes… ca me passera sans doute, rassurez-vous.)
Alors, si l’Eglise ou ses donateurs ont de la thune à donner, pas pour des cloches, quoi !

Je disais.

Parce que le monsieur un peu fou, il m’a réexpliqué la vie  a sagement calmé ma fougue m’a répondu. Les cloches qui sonnent pour les messes et l’Angélus, c’est un des derniers liens que le français moyen a avec l’Eglise. C’est LE moment où il est « obligé » d’être conscient de la culture et des racines chrétiennes de son pays (quoiqu’en dise ce cher préambule, gnagnagnère). Et c’est précieux.

Bon, je reste sceptique à l’idée de dépenser autant d’argent pour entendre ding dong, et clairement je n’en ferai pas le combat de ma vie. En revanche, avoir conscience que d’autres s’investissent là-dedans, je trouve ça chouette. Savoir que d’autres dans l’Eglise s’engagent dans des thématiques que je ne soupçonnais même pas, et que chacun à notre place nous bossons pour Dieu et son Règne, moi ça me fait du bien à mon ptit coeur .
Un peu comme le pied qui galère à avancer dans la poussière, et à qui ca fait du bien de savoir que la main trime aussi pour tirer la charrette. (Comparaison absurde, je suis bien d’accord ; le pied ne peut pas SAVOIR _ ou alors il a un cerveau mais du coup çà devient un drôle de pied. Et puis tirer une CHARRETTE, sérieux ? Mon cerveau métaphoriphile me lâche, j’y peux rien. )

Et du coup, face à cette diversité dans les vies des chrétiens,  je m’exclame, et bruyamment encore… L’Église, c’est vraiment une mère super accueillante, et tous ensemble, nous formons un de ces Corps du Christ de la mort qui tue du feu de Dieu !

5 Réponses to “Béni sois-tu carillonneur, qui m’accroches à ta cloche !”

  1. Charles Vaugirard 24 janvier 2012 à 23 h 30 min #

    Je suis témoin de la scène ! Et le sonneur de cloche est un de mes potes.🙂

    C’est sur que la question des cloches peut surprendre…Mais quand c’est un artiste passionné qui nous en parle…on peut vite devenir convaincu. Eh oui, le ding dong est peut-être le dernier reste d’une société chrétienne. La cloche nous rappelle les offices. Un curé de campagne disait : « un village sans cloche est un village qui se meurt. »

    En tout cas merci pour ton article plein de vie et de spontanéité !
    🙂

    • une catho à l'hosto 2 février 2012 à 23 h 11 min #

      @Charles Vaugirard

      Tu as donc des potes un peu fou, mais cela te surprend t’il ? Moi pas…😉

  2. Hugues Foucault 24 janvier 2012 à 23 h 49 min #

    En tant que maire et catho, je suis assez fier d’avoir fait électrifier la cloche de l’église de la commune, qui ne sonnait jamais. En dehors du fait d’apporter un peu de vie à la commune, elle sonne, ou se tait, en fonction du calendrier religieux. Par cela j’ai vraiment l’impression d’être missionnaire pour la grandeur de l’Eglise.

    • une catho à l'hosto 2 février 2012 à 23 h 13 min #

      Bravo ! Prochaine étape: quand les cloches sonnent, le village se rassemble pour la messe, et ça apportera beaucoup de vie à votre commune. LA Vie,en fait😉

  3. aliame 6 décembre 2012 à 12 h 12 min #

    Hummm. J’ai très mal vécu les grasses mat pourries par le carillon des abbesses le dimanche à 10h. 10 min de canon de pachelbel légèrement faux… J’ai été ravie de déménager.

Faites comme chez vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :