Avant c’était tradi ou chacha; maintenant c’est fervent ou ramolli. On progresse.

26 Oct

Il est 19h48 mercredi 26 octobre 2011 et je saisis mon clavier pour taper dessus avec acharnement à défaut de le faire avec talent. Cela fait bien longtemps que je n’ai pas écrit, et soyons sérieux… un blog qui commence doit être nourri plutôt deux fois qu’une. Je ne veux pas être une mauvaise mère, ca ferait pas très chouette sur mon CV. Bref.

Et il s’en est passé des choses depuis 15 jours !

Sur la blogosphère catho, chacun a pu déterminer exactement sa « température de croyant ». Il parait que je suis tiède. Bof, franchement, ca me fait ni chaud ni froid. Oui oui je sais elle était facile, mais à ma décharge, je ne l’ai encore vu ni sur Twitter, ni sur Facebook, et cela aurait été dommage de ne pas la faire. Plus sérieusement, je ne suis pas du genre à aller vider un bidon d’huile et balancer des œufs pour défendre l’honneur de mon Dieu (j’ai un doute sur le concept, déjà). Ou pour n’importe quelle autre cause du reste. A la limite, il y a quelques années, pour le bizutage nouveautage des P1 franchement débarqués. Bref.

Si cela ne fait pas de moi une catholique fervente, je me plais a croire que je reste une fervente catholique. Et oui dis donc, j’ai semble t’il décidé de jouer sur les mots aujourd’hui ; ou alors je me refuse a ce que l’adjectif « fervent » devienne péjoratif. Je ne suis pas ferventophobe il faut croire.

(A ce sujet, c’est cool ce nouveau jeu de donner du phobe a tout va. Si vous m’aimez pas, et ben vous êtes des cathodelhostophobes. Ca claque je trouve.)

Et ce matin, un nouveau billet est sorti, pardon un nouveau billet topissime est sorti. Et m’a rappelé le jour où j’ai vu… un bisounours. En train de voler dans le ciel. Ouais ca claque aussi.

Alors, petit un, j’avais 5 ans. Et petit deux, on était dans l’avion, toute ma famille voyait ces fucking bisounours sauf moi,  et petit trois j’ai toujours eu le mensonge facile. Donc voila, j’ai « vu » ce bisounours. En tout cas, je me suis convaincu vraiment fort que j’en voyais un. Si vous aviez un doute, plus besoin de faire l’expérience sur vos enfants : on peut forcer quelqu’un (de jeune de préférence) à avoir une hallucination.

Aujourd’hui, on me force à  ETRE un bisounours. Tiède et mou. Et bien soit, soyons des bisounours, mais heureux et pleins d’amour. Si je peux être celui en vert avec un arc-en-ciel sur le bide je veux bien.

Et même, soyons des bisounours en forme de brebis pour aller bêler au milieu des loups.

Soyons des bisounours en formes de candides colombes pour aller voler dans le brouillard.

Et soyons aussi en forme de serpents malins pour éviter de se faire bouffer quand on peut l’éviter.

(y’en a un en bas au troisième sous-sol qui a du s’étonner quand Jésus nous a demandé d’être MALIN comme un SERPENT)

Alors voila, on en est là. Pas mal de gens aujourd’hui sont d’accord pour dire que les œufs et l’huile de vidange, bien qu’ayant leur charme, n’ont que trop duré. Imaginez la vengeance des spectateurs : nous faire le même coup dimanche prochain à la messe. Je sais je sais çà n’a aucun rapport, mais c’est la loi du talion qui veut ça. Et puis juste imaginez la tête de la dame-chorale ;-)

D’un autre coté, il y a aussi beaucoup de gens qui sont d’accord pour dire que la pièce pose problème. Et là-dessus je ne dirais rien car je n’y connais rien, ou du moins pas grand-chose. Ce que je vois, c’est que cette histoire soulève le voile sur un vieux débat récurrent : liberté d’expression vs respect d’autrui. Et c’est ce dont je parlerais dans mon prochain billet.

N’insistez pas, je ne continuerais pas aujourd’hui, je suis externe, je dois travailler ma cardio/néphro/uro/hépato/gynéco/gastro/pédia. Tout ca en même temps, voui madame.

Alors la conclusion de ce billet :

-soyons prudents comme le serpent. Y’en a qu’ont oublié…

-soyons des brebis. Bêêêêêêê. Dont la blancheur de la laine doit donner envie aux autres d’aller se faire brosser par le Berger, et d’aller reposer sur les même prés d’herbe fraiche.

-soyons des colombes, porteurs d’Espérance ! On vole dans le brouillard, c’est vrai. On est peu, c’est vrai aussi. Mais au moins, qu’on nous voit de loin! Dissipons le brouillard ! La ou les saints passent, Dieu passe avec eux. Et ben c’est simple, Dieu doit passer avec nous. Allez, bisous.

Ps : il est 20h43.

 

Une Réponse to “Avant c’était tradi ou chacha; maintenant c’est fervent ou ramolli. On progresse.”

  1. @cyberdoc82 4 juillet 2012 à 20 h 45 min #

    la bonne température c’est celle du Coeur😉

Faites comme chez vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :